Go to content.
< Page d'accueil

Troubles colorectaux d'origine neurologique

Des troubles colorectaux, le plus souvent la constipation chronique et l’incontinence fécale, peuvent survenir du fait de lésions ou de maladies touchant le système nerveux central. En effet, jusqu’à 80 % des patients souffrant d’une lésion médullaire (LM), atteints de sclérose en plaques (SEP) ou d’un spina bifida (SB) sont concernés1.

Lésions médullaires

Selon le niveau de la lésion médullaire (LM), les patients peuvent présenter une atteinte de la motilité intestinale ou du contrôle du sphincter anal. En effet, une lésion située au-dessus du cône médullaire terminal (moëlle sacrée) se traduit par une hyperréflexie intestinale et une dyssynergie recto-anale (hypertonie du sphincter anal lors de la contraction du rectum), qui peut être à l’origine d’une constipation chronique et d’une impaction fécale (fécalome). L’exonération des selles est déclenchée par une contraction réflexe du rectum suite à la distension rectale liée à l’arrivée des selles. Une lésion située au niveau du cône médullaire terminal (moëlle sacrée) et de la queue de cheval provoque une acontractilité rectale et une perte du contrôle péristaltique, ce qui entraîne un ralentissement du transit, notamment au niveau de la région recto-sigmoïdienne. En outre, une perte de contrôle du sphincter anal externe peut être à l’origine d’une incontinence fécale. Une lésion complète de la moelle épinière peut également impacter le fonctionnement intestinal. Les patients souffrant d’une lésion médullaire incomplète gardent parfois la sensation de remplissage rectal, ainsi que leur capacité à exonérer naturellement2.

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie qui altère le contrôle neurologique extrinsèque du côlon et du sphincter anal. En outre, différents troubles émotionnels et comportementaux peuvent également altérer le contrôle du transit et influencer les habitudes défécatoires. L’interruption des voies sensorielles afférentes et des voies motrices efférentes peut impacter la régulation de la fonction intestinale. Enfin, des facteurs systémiques et certains traitements médicamenteux prescrits dans le cadre de la SEP altèrent le fonctionnement viscéral et du plancher pelvien3.

Spina bifida

Le spina bifida est une malformation congénitale caractérisée par un défaut de fermeture du tube neural survenant pendant le développement embryonnaire de la moelle épinière. Les personnes atteintes d’un spina bifida (SB) présentent souvent un déficit neurologique intéressant les fonctions situées sous la lésion, généralement au niveau du cône médullaire terminal ou de la queue de cheval. Ce déficit se traduit par une acontractilité rectale et un ralentissement du transit au niveau de la région recto-sigmoïdienne. La pression de repos au niveau du sphincter anal est réduite, ce qui peut provoquer une incontinence fécale4,5.

 

Preuves cliniques appuyant l’utilisation du système d’irrigation transanale Peristeen® chez les patients présentant un intestin neurologique :

Téléchargez le PDF (EN)

Patients souffrant d’une lésion médullaire

Téléchargez le PDF (EN)

Patients atteints de sclérose en plaques

Téléchargez le PDF (EN)

Réduction des IVU chez les patients présentant un intestin neurologique

Mentions légales et informations de remboursement

Peristeen® Irrigation Transanale : dispositif médical destiné à faciliter l’évacuation du contenu de la partie inférieure du colon, de classe I, non stérile, marqué CE. Fabricant : Coloplast A/S. Attention, lire attentivement la notice d’instructions avant utilisation.
 
Indications : le système d’irrigation transanale Peristeen est destiné à instiller de l’eau dans le côlon via une sonde rectale dotée d’un ballonnet gonflable ; la sonde est insérée dans le rectum pour favoriser l’évacuation des selles dans la partie inférieure du côlon de patients qui souffrent d’incontinence fécale, de constipation chronique et/ou devant consacrer un temps anormalement long à la procédure d’exonération. La sonde rectale à ballonnet est disponible en deux tailles :
• la sonde courte, étiquetée avec un smiley, est normalement utilisée par les enfants,
• la sonde standard est normalement utilisée par les adultes.
 
Avertissement : la procédure d’irrigation transanale Peristeen doit toujours être réalisée avec précaution. La perforation intestinale est une complication extrêmement rare, mais grave et potentiellement mortelle de l’irrigation transanale, qui nécessite une hospitalisation d’urgence et, souvent, une intervention chirurgicale. Consultez immédiatement un médecin si, pendant ou après la procédure d’irrigation transanale Peristeen, vous présentez l’un des symptômes suivants :
• douleur abdominale ou dorsale sévère ou prolongée, notamment si elle est associée à de la fièvre,
• saignement anal sévère ou prolongé.
Le revêtement des sondes à ballonnet à usage unique contient : - un phtalate : le phtalate de di-n-butyle (DBP), et ne doit pas être utilisé chez les enfants âgés de moins de 3 ans, les femmes enceintes ou les femmes qui allaitent sans consulter un professionnel de santé. Le phtalate DBP est connu pour causer des anomalies congénitales ou d’autres troubles de la reproduction. La réutilisation, le nettoyage ou la désinfection de la sonde rectale enduite n’est pas recommandée car cela peut compromettre les caractéristiques du produit et de créer un risque supplémentaire de dommages ou d’infection pour l’utilisateur. Conservez le système d’irrigation transanale Peristeen hors de portée des jeunes enfants et surveillez les enfants qui peuvent être présents lorsque vous utilisez le système pour éviter tout risque de strangulation avec les tubulures ou les attaches et la suffocation avec de petites pièces qui auraient pu se détacher du produit.
 
Remboursement : intégralement remboursé dans l’indication troubles colorectaux par atteinte neurologique se traduisant par une constipation et/ou une incontinence fécale chroniques, rebelles au traitement médical bien conduit pour les patients en Affection de Longue Durée et pour les patients au régime général bénéficiant d’un régime complémentaire. La prescription initiale doit être effectuée soit par un médecin de médecine physique et de réadaptation, soit par un gastroentérologue, soit par un chirurgien viscéral ou pédiatrique, soit par un pédiatre. Le médecin traitant pourra prescrire le renouvellement de ce dispositif. L’irrigation transanale pourra être effectuée tous les deux ou trois jours, à l’issue d’une phase d’initiation. Les traitements de première intention pourront être poursuivis. Peristeen ® doit être réservé aux patients ayant reçu une éducation à l’utilisation de ce dispositif, notamment à l’auto-sondage. L’implication d’infirmières formées à la technique ou de stomathérapeutes est recommandée pour l’apprentissage de la technique et peut être nécessaire lors de sa poursuite. Peristeen Système initial (boîte de 1) : prix limite de vente au public 116,84 € TTC, remb. Séc. Soc. 116,84 €. Peristeen Sondes rectales (boîte de 15) : prix limite de vente au public 193,52 € TTC remb. Séc. Soc. 193,52 €. Peristeen Tubulures (boîte de 2) : prix limite de vente au public 19,95 € TTC, remb. Séc. Soc. 19,95 €.
Références
  1. Emmanuel A, et al. Creation and validation of a new tool for the monitoring efficacy of neurogenic bowel dysfunction treatment on response: (Création et validation d’un nouvel outil pour le suivi de l’efficacité du traitement de la dysfonction intestinale neurogène sur la réponse) the MENTOR tool. (l’outil MENTOR) Spinal Cord 2020;58:795–802.
  2. Krassioukov A, et al. Neurogenic bowel management after spinal cord injury: (Traitement des troubles colorectaux neurogènes après une lésion de la moelle épinière) A systematic review of the evidence. (Un examen systématique des preuves) Spinal Cord 2010;48(10):718-733.
  3. Wiesel PH, et al. Pathophysiology and management of bowel dysfunction in multiple sclerosis. (Physiopathologie et gestion de la dysfonction intestinale dans la sclérose en plaques) Eur J Gastroenterol. Hepatol. 2001;13(4):441-448.
  4. Copp AJ, et al. Spina Bifida. Nat Rev Dis Primers 2015;1:15007.
  5. Krogh K, et al. Colorectal symptoms in patients with neurological diseases. (Symptômes colorectaux chez les patients atteints de maladies neurologiques) Acta Neurol Scand. 2001;103:335-343.