Go to content.
< Page d'accueil

Lésions médullaires et troubles de la continence

 

La moelle épinière, fil conducteur de l’influx nerveux, est située dans la colonne vertébrale.

imagedqff6.png

Elle est le prolongement du cerveau et a deux fonctions principales :

  • conduire les informations en provenance et en direction du cerveau,
  • traiter l’information sensorielle qui permet le déclenchement des réflexes.


La moëlle épinière étant le lien essentiel entre le cerveau et les organes, toute atteinte de celle-ci entraîne des dysfonctionnements des organes. En fonction du niveau de lésion, différents organes seront touchés. Plus l’atteinte est haute, plus les conséquences physiques et physiologiques sont importantes.

On parle de tétraplégie pour une lésion de niveau cervical et paraplégie pour une lésion de niveau dorsal et lombaire.

De telles lésions provoquent des troubles sur différents aspects :

  • motricité : absence de motricité, diminution de la masse musculaire. Sur le plan respiratoire, diminution de la motricité du diaphragme en cas de lésion supérieure à la 4ème cervicale. La paralysie des muscles intercostaux et abdominaux diminue la puissance du souffle et la capacité de toux
  • sensibilité : variable en fonction du pourcentage de moëlle déconnectée du cerveau
  • fonctions neuro-végétatives : concernent les organes internes, le système vasculaire, la température corporelle, la tension artérielle, la sphère urogénitale et la trophicité cutanée (capacité de cicatrisation de la peau)

 

→ Conséquences de la lésion médullaire sur la fonction urinaire

La moelle épinière ne remplissant plus son rôle de transmetteur, le message ne passe plus et la miction volontaire n’existe plus. La plupart des patients atteints d’une lésion médullaire ont une vessie dite "neurologique" dont le cycle "continence-miction" est perturbé et entraîne l'apparition de troubles urinaires :

  • la dilatation de la vessie,
  • un reflux rénal : si la dilatation de la vessie est trop importante, elle entraîne un reflux des urines vers les reins,
  • des fuites urinaires,
  • des infections urinaires et rénales par stagnation de l’urine dans la vessie.

La prise en charge de ces troubles urinaires d'origine neurologique est primordiale pour prévenir les complications médicales. L'autosondage intermittent (ASI) est reconnu depuis longtemps comme étant la meilleure solution de prise en charge de ces problèmes de continence1.

En savoir plus sur le sondage urinaire intermittent >

 

Conséquences de la lésion médullaire sur la fonction digestive

Lors d’une atteinte médullaire, on ne note pas de trouble d’absorption des aliments. Par contre, le transit est perturbé du fait de l’altération des mouvements intestinaux (péristaltisme). On parle alors “d’iléus intestinal” qui se traduit par :

  • l’arrêt des matières et des gaz (absence des contractions qui permettent le transit) avec parfois un ballonnement important,
  • la disparition de la sensation d’envie d’aller à la selle.

En savoir plus sur les troubles colorectaux des blessés médullaires >

 

Références
  1. Gamé X. Intermittent catheterization: Clinical practice guidelines from Association Française d'Urologie (AFU), Groupe de Neuro-urologie de Langue Française (GENULF), Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation (SOFMER) and Société Interdisciplinaire Francophone d'UroDynamique et de Pelvi-Périnéologie (SIFUD-PP). Prog Urol. 2020 Apr;30(5):232-251.