Go to content.
< Page d'accueil

Spina bifida et troubles de la continence

 

Littéralement, spina bifida signifie "épine fendue en deux". Ce terme est utilisé pour décrire toute anomalie de la colonne vertébrale apparaissant au cours du développement fœtal.

La gravité d’un spina bifida dépend directement de l’emplacement de l’anomalie sur la colonne vertébrale, de la taille de celle-ci, de la présence ou non de peau recouvrant la zone touchée et de l’implication ou non de nerfs spinaux. Les manifestations du spina bifida varient d’une personne à une autre. Toutefois, dans la majorité des cas, les vertèbres composant la colonne vertébrale ne sont pas intégralement formées et sont séparées par des espaces.

Dans les cas les plus sévères, il se peut qu’une ou plusieurs vertèbres manquent, laissant apparaître la moelle épinière. La présence de lésions nerveuses signifie que les nerfs contrôlant la vessie et les intestins ne sont plus en mesure d’assurer leur pleine fonction.

 

Il existe plusieurs formes de spina bifida. Celles-ci sont présentées ci-après, de la plus sévère à la moins sévère :

  • Myéloméningocèle

Dans le cas du myéloméningocèle, la paralysie des jambes est fréquente. Par ailleurs, près de 80 % des personnes atteintes souffrent de troubles urinaires et/ou colorectaux. Le myéloméningocèle est une hernie de la moelle épinière et des méninges (membrane qui recouvre le système nerveux central) hors de leur enveloppe osseuse naturelle. Elle est recouverte de peau dont la rupture laisse s’écouler le liquide céphalo-rachidien.

Myéloméningocèle

  • Méningocèle :

Le terme « méningocèle » est utilisé lorsque les méninges font saillie hors de la colonne vertébrale et restent contenues dans une « poche » remplie de liquide céphalo-rachidien. De manière générale, le méningocèle entraîne moins de handicaps que le myéloméningocèle mais est tout de même parfois associé à des troubles urinaires et colorectaux.

Méningocèle

  • Spina bifida occulta :

Le spina bifida occulta est une forme relativement fréquente de spina bifida avec une personne sur 10 atteinte. La plupart d’entre elles ne présentent aucun des symptômes caractéristiques de la maladie. Cependant, dans un cas sur 1 000 environ, la moelle épinière est comprimée entre les vertèbres de la zone touchée. Les premiers symptômes peuvent apparaître au cours de l’enfance avec la survenue de troubles urinaires et colorectaux ou de douleurs dans les jambes, par exemple. 

 

→ Conséquences du spina bifida sur la fonction urinaire

La plupart des enfants atteints de spina bifida (myéloméningocèle) souffrent de troubles urinaires, communément appelés vessie neurologique, caractérisés par une perte de contrôle de la vessie. La présence d’une vessie neurologique s’accompagne soit d’une  hyperactivité (contractions inappropriées) de la vessie soit d’une vessie flasque, distendue. C’est pour cela qu’il est important que les enfants adoptent de bonnes habitudes de prise en charge de leur vessie.

Vessie flasque

Dans le cas du spina bifida, la forme la plus fréquente de dysfonctionnement de la vessie est la vessie flasque. Cette atteinte se manifeste par une distension de la vessie, incapable de se vider (rétention complète d’urine). La vessie peut parfois stocker jusqu’à 2 000 ml d’urine, pouvant causer des fuites par trop plein. Très souvent, cette distension de la vessie s’accompagne d’un sphincter de l’urètre qui ne s’ouvre pas.

Vessie hyperactive

Dans ce cas, la vessie se contracte de manière inappropriée, même lorsqu’elle n’est pas pleine. Il se peut, par ailleurs, que la vessie ne se vide pas entièrement, augmentant les risques d’infections urinaires causées par la présence d’urine résiduelle favorisant le développement de bactéries.

La prise en charge de ces troubles urinaires d'origine neurologique est primordiale pour prévenir les complications médicales. L'autosondage intermittent (ASI) est reconnu depuis longtemps comme étant la meilleure solution de prise en charge de ces problèmes de continence1.

En savoir plus sur le sondage urinaire intermittent >

 

→ Conséquences du spina bifida sur la fonction digestive

Dans le cas du spina bifida, les lésions nerveuses sont responsables d’une perte de sensibilité dans le rectum. Par conséquent, les personnes ne sont plus en mesure de savoir si leur rectum est plein et elles perdent le contrôle de l’évacuation des selles. Il en résulte des fuites fécales, une constipation chronique, voire les deux.

En savoir plus sur les troubles colorectaux des patients atteints de spina bifida >

Références
  1. Gamé X. Intermittent catheterization: Clinical practice guidelines from Association Française d'Urologie (AFU), Groupe de Neuro-urologie de Langue Française (GENULF), Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation (SOFMER) and Société Interdisciplinaire Francophone d'UroDynamique et de Pelvi-Périnéologie (SIFUD-PP). Prog Urol. 2020 Apr;30(5):232-251.